Actualité - Togo


Togo / Jean-Pierre Fabre : la lutte contunue

Trois mois après l’élection présidentielle du 25 avril dernier au Togo sanctionnée par la victoire officielle de Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005, le principal opposant, Jean­Pierre Fabre veut relancer la contestation électorale.



Jean­Pierre Fabre, leader ANC

Candidat malheureux du Combat pour l’alternance politique en 2015 (CAP 2015), une coalition de cinq partis politiques de l’opposition togolaise, Jean­Pierre Fabre ne compte pas laisser passer sa «victoire» à cette élection.

Officiellement, le scrutin est remporté à plus de 58% des suffrages exprimés par Faure Gnassingbé. Mais, le leader de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), s’était autoproclamé président élu dénonçant des fraudes massives et des incohérences dans les résultats centralisés.

De retour au pays après deux semaines passées en Europe dans le cadre d’une tournée en France, en Belgique et en Allemagne, Jean­Pierre Fabre a annoncé aux militants que ceux qui pensent qu’il est lassé de la lutte pour l’alternance, verront l’ampleur de ce qui adviendra.

M. Fabre a exhorté ses partisans à se mobiliser pour arracher le pays aux «tricheurs». Dans ce sens, il annonce que la question de l’élection présidentielle n’est pas finie.

« Ceux qui pensent que l’affaire est finie se trompent. Nous allons continuer la lutte sans nous lasser. Ceux qui imaginent que je vais me fatiguer rêvent l’ampleur de ce qui va arriver. Ils se trompent», a­t­il dit.

Jean­Pierre Fabre s’est attaqué à ses collègues de l’opposition qui ont déclaré que la page de la présidentielle de 2015 était tournée. Pour lui, la politique ne se fait pas sur les radios mais se fait sur le terrain comme il le fait.

Cette sortie de M. Fabre confirme ce que déclarait il y a quelques jours, Eric Dupuy, le responsable à la communication de l’ANC disant que l’alternance politique aura lieu au Togo avant cette année 2015.

Au regard des résultats officiels de la présidentielle d’avril 2005 au Togo, Jean­Pierre Fabre est arrivé deuxième avec 35 % des voix contre 58% pour Faure Gnassingbé qui a d’ailleurs prêté serment, nommé son Premier ministre et formé son gouvernement.


Publié le 29.07.15 / (oeil d´afrique)