Actualité - Togo


Togo: Où en est Fabre avec sa tournée européenne ?

" Cette nième coût de force électorale ne passera plus, on ne peut plus l'accepter, c'est fini, on ne peut pas se laisser voler indéfiniment, nous invitons la population à se tenir prête pour arracher sa victoire… ". C'était, entre autres, les propos du candidat malheureux, Jean-Pierre Fabre au lendemain de la proclamation des résultats de l'élection présidentielle de 25 avril dernier



Jean-Pierre Fabre, président de l’ANC.

Depuis cette sortie tapageuse, le candidat du CAP 2015 est rentré dans un mutisme sans précédent. Depuis lors, les militants s'interrogent. Que s'est-il passé réellement ? Certains estiment que c'est le tonitruant Abass Kaboua qui lui aurait cloué le bec en exposant sur les médias la moralité douteuse de l'homme.

Ce qui aurait porté un coup à l'aura de Jean-Pierre Fabre vis-à-vis de ses militants. D'ailleurs, les appels pour les manifestations de rues ont connu une suite défavorable de la part de ses fans, lassés d'écouter les mêmes refrains. Il faut rappeler qu'au cours de ce scrutin, l'ANC avait saigné financièrement non seulement ses militants, mais aussi la diaspora, sans oublier des dizaines de millions de CFA embrasés au Trésor public. Malgré tout, pendant la campagne, les T-shirts à l'effigie du candidat étaient chèrement vendus. Les posters très rares.

Pour se justifier, le Secrétaire général du parti avait déclaré sur les médias que son parti a soigneusement réservé ces fonds pour sécuriser les résultats et cette fois-ci, toutes les dispositions sont prises pour parer à toute éventualité de fraude. N'est-ce pas curieux qu'après cette parole donnée, qu'on sorte pour dire aux militants qu'on a été volé, sans en apporter la preuve ?

Pire encore, quels étaient les dispositifs qu'on promettait mettre en place avec la manne financière collectée ici et là pour sécuriser le vote? Ces genres de comportements ne réservent pas une bonne image vis-à-vis de l'opinion. Après tout, les élections ont servi de prétexte pour arnaquer et escroquer.

Ce qui est intéressant et qu'il faille souligner, c'est l'attitude du leader de l'ANC qui a sa façon de faire la politique, notamment la poursuite de l'intérêt personnel. Alors que les militants s'impatientent sur la suite à leur donner par leur leader par rapport à ce scrutin (qui est rentré depuis dans l'histoire suite à la remise du rapport général par la CENI), Fabre s'inquiète sur son avenir politique. Les militants sont fatigués des marches et des sorties médiatiques de ses lieutenants ne persuadent plus.

Que faut-il faire ? Une piste est encore explorée, prendre un peu d'air en Europe, notamment à Paris en France, à Bruxelles en Belgique et à Boon en Allemagne. Entre nous, quelles explications Fabre pourrait donner en Europe alors que ces mêmes partenaires ont qualifié le Togo d'un modèle de démocratie et la réélection de Faure comme la plus transparente possible.

En clair, par cette stratégie, Fabre voulait tout juste jeter un appât aux militants pour leur faire croire qu'il n'a pas du tout baissé les bras.

C'est souvent l'erreur des partis politiques d'opposition en Afrique et surtout au Togo. Au lieu de faire l'inventaire de leurs échecs pour corriger ce qui n'a pas pu marcher, on s'embourbe dans des inutilités, jusqu'à ce qu'on se réveille, on est pris par le temps, et le cirque reprend.

Heureusement que les militants de l'ANC deviennent de plus en plus lucides et exigeants. Ils attendent de voir quelle sauce leur servira leur président qui promet d'organiser une grande conférence de presse à son retour de congé


Publié le 25.07.15 / (l´éveil de la nation)